Anacardium occidentale

nom scientifique : 
Anacardium occidentale L.
Famille : 

Distribution géographique

Originaire d'Amérique tropicale, cultivée sous les tropiques.

 

 

Description botanique

Arbre pouvant atteindre 10 m de haut. Feuilles pétiolées, coriaces, oblongues-elliptiques à arrondies-elliptiques, arrondies à la pointe, aiguës ou obtuses à la base. Fleurs en panicules terminales, pétales pourpres linéaires-lancéolés. Noix réniforme, grise, sur un hypocarpe (pédoncule hypertrophié), épais, un peu spongieux, juteux, rouge ou jaune.

Voucher(s)

FLORPAN, 1870, PMA

diarrhée :

fruit mûr (hypocarpe), jus frais1
feuille (jeune pousse), décoction, voie orale2

Le fruit d’Anacardium occidentale constitue un aliment de consommation humaine relativement répandu.

Contre la diarrhée :
Triturer dans un mortier la pulpe de plusieurs pédoncules floraux (ou faux fruit) jusqu’à l’obtention d’une demie tasse. Prendre 1 cuillérée après chaque épisode diarrhéique chez les adultes, ½ cuillérée chez les enfants âgés de plus de 3 ans et ½ petite cuillère chez les enfants de moins de 3 ans.

Préparer une décoction avec 30 grammes de feuilles dans 4 tasses (1 litre) d’eau, bouillir 10 minutes dans un récipient ouvert. Laisser refroidir, filtrer et boire 1 tasse après chaque repas et chaque défécation liquide.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l’information disponible :

L’emploi contre la diarrhée est classé REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté dans les enquêtes TRAMIL et les études de toxicité.

En cas de diarrhée, ce remède est complémentaire à une thérapie de réhydratation orale. Si l’état du patient se détériore (déshydratation avec langue sèche, pli cutané persistant, oligurie ou pleurs sans larmes) consulter un médecin immédiatement.

Ne pas dépasser la dose indiquée à cause des risques d’intoxication.

Ne pas administrer pendant la grossesse ou en période d’allaitement.

Travail TRAMIL20
L’extrait aqueux (décoction) lyophilisé, de jeune feuille fraîche, (5 g/kg/5 jours), par voie orale à la souris Swiss mâle (18,78 ± 0,26 g), a provoqué une mortalité de 30% des animaux traités, des effets toxiques (diminution de la réaction d’alarme, l’activité motrice et le réflexe de redressement, déshydratation, piloérection) et une moindre augmentation du poids corporel qui n’a pas été statistiquement significative. Les animaux survivants ont récupéré à la fin de l’administration de l’extrait. Les autres paramètres évalués n’ont pas été modifiés et l’autopsie macroscopique n’a pas présenté d’évidence d’altérations internes.

Travail TRAMIL21
L’extrait aqueux (décoction) lyophilisé, de jeune feuille fraîche, (3 g/kg/2 jours) par voie orale à la souris Swiss (5 mâles 18,94 ± 0,81 g et 5 femelles 18,62 ± 0,85 g), n’a pas provoqué de mortalité, en revanche des effets toxiques (diminution de la réaction d’alarme et de l’activité motrice) ont été observés sur 20% des animaux traités. Les animaux ont récupéré à la fin de l’administration de l’extrait. Il y a aussi eu une moindre augmentation du poids corporel qui n’a pas été statistiquement significative. Les autres paramètres évalués n’ont pas été modifiés et l’autopsie macroscopique n’a pas présenté d’évidence d’altérations internes.

Le jus du fruit, frais et traité (cajuina), dans les essais de mutagénicité, directs ou incubés avec fraction S9 hépatique de rat, sur les souches de Salmonella tiphymurium TA97a, TA98 et TA100 a produit des effets mutagènes. Avec la souche TA102, s’est produit un effet antimutagénique dans la mutagénèse induite par stress oxydatif3.

Le cardol (huile du péricarpe) est caustique et vésicant22.

On ne dispose pas d’information garantissant l’innocuité de son emploi médicinal sur les enfants, ni sur les femmes enceintes ou allaitantes.

Le jus du fruit, frais ou traité (cajuina), contient de fortes concentrations en vitamine C, plusieurs caroténoïdes et des composés phénoliques3.

La pulpe du fruit (hypocarpe) contient des benzénoïdes : acétophénone, benzaldéhyde, phénylacétaldéhyde, toluène, m-xylène, ρ-xylène, ο-xylène; monoterpènes : limonène, α-phellandrène, α-terpinène; sesquiterpènes : caryophyllène, α-sélinène, acides : gallique, protocatéchique4, salicylique et dérivés5-6; hétérocycles oxygénés : furfural7; vitamines : acide ascorbique8.

La feuille contient de l’huile essentielle9; flavonoïdes : camphérol et dérivés, quercétine et dérivés, apigénine, myricétine, robustaflavone10; benzénoides : caryophylline, α-sélinène; hétérocycles oxygénés : furfural; β-sitostérol, stigmastérol, acide stéarique, acide gadoléïque7.

Le tamisage phytochimique de l’extrait d’éther de la feuille n’a pas montré la présence d’alcaloïdes. Coumarines et quinones ont été détectées dans l’extrait éthanoïque et aqueux, respectivement. Las anthocyanidines, triterpènes ou stéroïdes et tanins ont été observés dans l’extrait éthanoïque. Dans l’extrait aqueux et éthanoïque ont été détectés des flavonoïdes et saponines11.

L’analyse proximale de feuille a indiqué la présence de potassium et des traces de manganèse11.

Travail TRAMIL12
Le jus du fruit in vitro contre Staphylococcus aureus et Escherichia coli (1000 µg/mL) n’a pas démontré d’activité antimicrobienne.

Travail TRAMIL13
L’extrait aqueux (décoction) lyophilisé, de jeune feuille fraîche, administré par voie orale, (1 g/kg), en dose unique, à 10 souris Swiss, (5 mâles 16,50 ± 0,33 g et 5 femelles 16,34 ± 0,48 g), à jeun depuis 6 heures. Le groupe témoin de mêmes caractéristiques a reçu de l’eau distillée (0,3 mL/20 g). Le charbon actif a servi de marqueur de la vitesse du transit, mesuré 1 heure après l’administration de l’extrait, sans qu’il soit observé de modification statistiquement significative du transit intestinal.

Le jus du fruit, frais et traité (cajuina), a montré un effet antibactérien, antitumoral et antioxydant in vitro3.

L’extrait aqueux (infusion 8 g/100 mL) de feuille séchée (4 µg/mL) a inhibé de 82,2% in vitro le rotavirus simien (SA11) cause de diarrhée, mais n’a pas démontré d’activité contre le rotavirus humain (HCR3)14.

L’acide anacardique a montré des qualités antibactériennes et antipyrétiques15, antimicrobiennes16, cytotoxiques17, molusquicides17-18 et d’inhibition de la tyrosinase19.

Références :  

1 SOLIS P, CORREA M, GUPTA M, 1995
Encuesta TRAMIL (Comunidades afro-caribeñas). Centro de Investigaciones Farmacognósticas de la Flora Panameña CIFLORPAN, Facultad de Farmacia, Universidad de Panamá, Panamá, Panamá.

2 A SOLIS PN, ESPINOSA A, DE GRACIA J, MARTÍNEZ L, GUPTA MP, 2003
Encuesta TRAMIL-GEF Ngöbe-Buglé. Centro de Investigaciones Farmacognósticas de la Flora Panameña CIFLORPAN, Facultad de Farmacia, Universidad de Panamá, Panamá.

3 MELO CAVALCANTE AA, RUBENSAM G, PICADA JN, GOMES DA SILVA E, FONSECA MOREIRA JC, HENRIQUES JA, 2003
Mutagenicity, antioxidant potential, and antimutagenic activity against hydrogen peroxide of cashew (Anacardium occidentale) apple juice and cajuina. Environ Mol Mutagen 41(5):360-369.

4 SATYNARAYANA D, MYTHIRAYEE C, KRISHNAMURTY V, MADHAVAKRISHNA W, 1978
Studies on the polyphenols of cashew apple (Anacardium occidentale). Leather Sci (Madras) 25:51-54.

5 KUBO J, LEE JR, KUBO I, 1999
Anti-Helicobacter pylori agents from the cashew apple. J Agr Food Chem 47(2):533-537.

6 KUBO I, OCHI M, VIERA PC, KOMATSU S, 1993
Antitumor agents from the cashew (Anarcadium occidentale) apple juice. J Agr Food Chem 41(6):1012-1015.

7 MAC LEOD AJ, DE TROCONIS NG, 1982
Volatile flavour components of cashew apple (Anacardium occidentale). Phytochemistry 21(10):2527-2530.

8 PRICE RL, HOLANDA LF, MOURA FE, MAIA GA, MARTIN CB, 1975
Constituents of Brazilian cashew apple juice. Cienc Agron 5(1):61.

9 GARG SC, KASERA HL, 1984
Antibacterial activity of the essential oil of Anacardium occidentale. Indian Perfum 28(2):95-97.

10 ARYA R, BABU V, ILYAS M, NASIM KT, 1989
Phytochemical examination of the leaves of Anarcadium occidentale. J Indian Chem Soc 66(1):67-68.

11 MARTINEZ Y, MARTINEZ O, ESCALONA A, SOTO F, VALDIVIE M, 2012
Composición química y tamizaje fitoquímico del polvo de hojas y retoños del Anacardium occidentale L. (marañón). Revista Cubana de Plantas Medicinales. 17(1)1-10.

12 SOLIS PN, RODRIGUEZ N, ESPINOSA A, GUPTA MP, 2004
Estudio antimicrobiano de algunas plantas TRAMIL con usos en Martinica. Informe TRAMIL. Centro de Investigaciones Farmacognósticas de la Flora Panameña CIFLORPAN, Facultad de Farmacia, Universidad de Panamá, Panamá, Panamá.

13 GarcIa-GONZÁLEZ M, BARBOZA CJ, 2005
Velocidad del tránsito intestinal en ratones, del extracto acuoso de hojas nuevas frescas de Anacardium occidentale. Informe TRAMIL. PRONAPLAMED. Depto de Fisiología, Escuela de Medicina, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

14 Goncalves JL, Lopes RC, Oliveira DB, Costa SS, Miranda MM, Romanos MT, Santos NS, Wigg MD, 2005
In vitro anti-rotavirus activity of some medicinal plants used in Brazil against diarrhea. J Ethnopharmacol 99(3):403-407.

15 EICHBAUM FW, 1949
Biological properties of anacardic acid O-penta-decadienyl-salicylic acid and related compounds. Memorias do Instituto Butantá 19:119-133.

16 LAURENS A, Mboup S, Giono-Barber P, Sylla O, David-Prince LM,1982
Study of antimicrobial activity of Anacardium occidentale L Ann Pharm Fr 40(2):143-146.

17 DE SOUZA CP, 1992
The use of the shell of the cashew nut, of Anacardium occidentale, as an alternative molluscicide. Rev Inst Med Trop Sao Paulo, Brazil 34(5):459-466.

18 TYMAN JH, KIONG LS, 1978
Long chain phenol: part XI; Composition of natural cashew nut-shell liquid (Anacardium occidentale) from various sources. Lipids 13:525-532.

19 KUBO I, KINST-HORI I, YOKOKAWA Y, 1994
Tyrosinase inhibitors from Anacardium occidentale fruits. J Nat Prod 57(4):545-551.

20 GarcIa-GONZÁLEZ M, BARBOZA CJ, 2005
Toxicidad aguda (5000 mg/kg) dosis repetida, en ratones, del extracto acuoso de hojas nuevas frescas de Anacardium occidentale. Informe TRAMIL. PRONAPLAMED. Depto de Fisiología, Escuela de Medicina, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

21 GarcIa-GONZALEZ M, BARBOZA CJ, 2005
Toxicidad aguda (3000 mg/kg) dosis repetida, en ratones, del extracto acuoso de hojas nuevas frescas de Anacardium occidentale. Informe TRAMIL. PRONAPLAMED. Depto de Fisiología, Escuela de Medicina, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

22 LIOGIER HA, 1990
Plantas medicinales de Puerto Rico y del Caribe. San Juan, Puerto Rico: Iberoamericana de Ediciones. p201.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.