Thevetia peruviana

nom scientifique : 
Thevetia peruviana (Pers.) K. Schum.
Famille : 

Distribution géographique

Originaire d’Amérique tropicale, abondamment cultivée sous les tropiques des deux hémisphères.

 

Description botanique

Arbuste ou petit arbre glabre, pouvant atteindre 10 m de haut. Feuilles alternes, linéaires à linéaires-lancéolées, effilées à la pointe, brillantes sur le dessus. Inflorescence terminale ou latérale avec peu de fleurs; lobes de la corolle obovales à ovés-lancéolés; corolle hypocratérimorphe, de couleur orange ou rose-jaunâtre. Drupes rouges lorsqu’elles sont arrivées à maturité, avec deux graines.

Voucher(s)

Jiménez,1769,JBSD

crise de nerfs :

  feuille, décoction, voie orale1

L’ingestion de la plante entière est toxique pour l’être humain14-15.

La feuille, par voie orale à des doses variables, a induit une cardiotoxicité dans 351 cas d’intoxication chez des êtres humains des deux sexes16.

L’ingestion de la graine engendre un tableau toxique caractérisé par une grande sécheresse de la bouche et de la gorge, la dilatation des pupilles, des vomissements, de la diarrhée, des céphalées et une dépression cardiaque qui peut provoquer la mort17.

Les actions toxiques de la thévétine sont les nausées, les sueurs froides, le malaise abdominal, l’avortement par mort du foetus, la miction fréquente, la pâleur, la prostration, l’arythmie, la bradycardie et l’arrêt cardiaque. Les antidotes sont la phénytoïne, la lidocaïne et les sels de potassium18.

La thévétine peut s’avérer cardiotoxique si on la consomme par voie orale17.

Travail TRAMIL2

Tamisage phytochimique préliminaire (feuille) :

alcaloïdes :

+

saponosides :

-

 

flavonoïdes :

-

polyphénols :

+

 

quinones :

-

tanins :

-

 

stéroïdes, terpénoïdes :

+

 

 

               

La feuille contient des triterpènes : a et b amyrine3, acide ursolique et dérivés4; des cardénolides : dérivés de 18,20-époxy-digitoxygénine5, dérivés de digitoxygénine5-7, dérivés de canogénine5-6, dérivés de carda-13(18),20(22)-diénolide4, thévétine A, dérivés de thévétiogénine6, thévétiosides A-I7, dérivés d’uzarigénine5-6; des monoterpènes : théviridosides8; phénylpropanoïdes : acides o-coumarique, férulique9; des benzénoïdes : acide gentisique10; des flavonoïdes : dérivés de camphérol, quercétine et dérivés11.

L’extrait hydroalcoolique (95%) de feuille, modèle in vitro d’utérus isolé de lapin et de cobaye, a montré un effet stimulant utérin, mais pas sur l’utérus de rat12.

L’extrait éthanolique de feuille administré par voie intraveineuse au cobaye est cardiotonique13.

Selon l’information disponible :

L’emploi de la feuille est classé TOXIQUE (TOX). Compte tenu de la toxicité de la feuille de cette plante, il convient de déconseiller son emploi par voie orale, ce qui n’empêche pas de reconnaître les possibles qualités thérapeutiques qui lui sont attribuées.

En cas d’intoxication par ingestion, consulter un médecin.

Pharmacopée: 

v3

Références :  

1 WENIGER B, 1987-88
Encuesta TRAMIL. enda-caribe, Santo Domingo, Rep. Dominicana.

2 WENIGER B, SAVARY H, DAGUIHL R, 1984
Tri phytochimique de plantes de la liste TRAMIL. Laboratoire de chimie des substances naturelles, Faculté de Médecine et de Pharmacie, Université d'Etat d'Haïti, Port au Prince, Haïti.

3 SIDDIQUI S, SIDDIQUI BS, ADIL Q, BEGUM S, 1992
Cardenolides and triterpenoids of the leaves of Thevetia neriifolia. Phytochemistry 31(10):3541-3546.

4 BEGUM S, ADIL Q, SIDDIQUI BS, SIDDIQUI S, 1993
Constituents of the leaves of Thevetia neriifolia. J Nat Prod 56(4):613-617.

5 ABE F, YAMAUCHI T, WAN ASC, 1992
Cardiac glycosides from the leaves of Thevetia neriifolia. Phytochemistry 31(9):3189-3193.

6 ABE F, YAMAUCHI T, YAHARA S, NOHARA T, 1994
Glycosides of 19-formylthevetiogenin and 5-alpha-thevetiogenin from Thevetia neriifolia. Phytochemistry 37(5):1429-1432.

7 ABE F, YAMAUCHI T, NOHARA T, 1992
C-Nor-D-homo-cardenolide glycosides from Thevetia neriifolia. Phytochemistry 31(1):251-254.

8 ABE F, YAMAUCHI T, YAHARA S, NOHARA T, 1995
Minor iridoids from Thevetia peruviana. Phytochemistry 38(3):793-794.

9 DANIEL M, SABNIS S, 1978
Chemotaxonomical studies on Apocynaceae. Indian J Exp Biol 16(4):512-513.

10 GRIFFITHS LA, 1959
On the distribution of gentisic acid in green plant. J Exp Biol 10(3):437-442.

11 ABE F, IWASE Y, YAMAUCHI T, YAHARA S, NOHARA T, 1995
Flavonol sinapoyl glycosides from leaves of Thevetia peruviana. Phytochemistry 40(2):577-581.

12 LI CC, 1962
Pharmacological investigation of folia Thevetia peruviana Merr. Yao Xue Xue Bao 13:753-756.

13 THORP RH, WATSON TR, 1953
A survey of the occurrence of cardio-active constituents in plants growing wild in Australia. I. Families Apocynaceae and Asclepiadaceae. Aust J Exp Biol 31(5):529-532.

14 WEE YC, GOPALAKRISHNAKONE P, CHAN A, 1988
Poisonous plants in Singapore - a colour chart for identification with symptoms and signs of poisoning. Toxicon 26(1):47.

15 FERNANDO R, 1988
Plant poisoning in Sri Lanka. Toxicon 26(1):20.

16 EDDLESTON M, ARIARATNAM CA, SJOSTROM L, JAYALATH S, RAJAKANTHAN K, RAJAPAKSE S, COLBERT D, MEYER WP, PERERA G, Attapattu s, kularatne sa, sheriff mr, warrell da, 2000
Acute yellow oleander (Thevetia peruviana) poisoning: cardiac arrhythmias, electrolyte disturbances, and serum cardiac glycoside concentrations on presentation to hospital. Heart 83(3):301-306.

17 PHADKE MV, NAIK SG, 1963
Yellow oleander (Cerebra thevetia) poisoning. (Case report). Indian J Child Health 12:210-213.

18 Abreu Matos FJ, 2000
Plantas medicinais, guía de seleção e emprego de plantas usadas em fitoterapia no nordeste do Brasil. 2ª ed. Fortaleza, Brasil: UFC Imprensa universitária. p97.

 

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.