Byrsonima crassifolia

nom scientifique : 
Byrsonima crassifolia (L.) Kunth
synonyme : 
Malpighia crassifolia L.
Famille : 

Distribution géographique

Originaire d’Amérique, du Mexique au Sud du Brésil, le Paraguay et les Antilles. Cette espèce est cultivée pour ses fruits comestibles.

Description botanique

Arbuste ou arbre de 3 à 10 m. Feuilles obovées à elliptiques ou ovées de 6,5 à 16 cm de long et 3 à 8 cm de large, avec des trichomes sur les faces supérieure et inférieure, persistantes ou décidues. Fleurs disposées en inflorescences de 6 à 20 cm de long, pseudoracémeuses; sépales révolutés, séricés adaxialement et tomenteux abaxialement; pétales jaunes qui deviennent orangés ou rouges avec le temps. Fruit en forme de drupe de 1 à 1,5 cm de diamètre, glabre de couleur verte et jaune à maturité.

Voucher(s)

FLORPAN, 5957, PMA
Soto, 44382, CR

prurit :

 écorce, macération aqueuse, application locale1

Le fruit de Byrsonima crassifolia constitue un aliment de consommation humaine relativement répandu.

Contre le prurit :
Ecraser 30 grammes d’écorce du tronc et les ajouter à 1 litre d’eau bouillie, laisser reposer pendant 12 heures. Laver la lésion avec de l’eau bouillie et du savon, appliquer la préparation avec une compresse ou un linge propre sur la zone affectée 2 fois par jour et laisser sécher7.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l’information disponible :

L’emploi de l’écorce contre le prurit est classé REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL, les études de toxicité et l’information scientifique publiée.

Toute application topique doit se conformer à de strictes mesures d’hygiène pour empêcher la contamination ou une infection surajoutée.

Si l’état du patient se détériore ou si le prurit persiste pendant plus de 5 jours, consulter un médecin.

On ne dispose pas d’information garantissant l’innocuité de son emploi médicinal sur les enfants de moins de 4 ans, ni sur les femmes enceintes ou allaitantes.

Travail TRAMIL6
L’extrait aqueux (macération) lyophilisé, d’écorce fraîche, concentration de 1000 mg/mL, par voie topique, 4 heures tous les jours pendant 5 jours consécutifs à 3 lapins New Zealand, 0,5 mL sur un carré rasé de 5 cm2 sur le dos, le témoin négatif réalisé avec de l’eau, n’a pas provoqué d’œdème ni d’érythème pendant l’essai ni pendant les 11 jours supplémentaires d’observation.

On ne dispose pas d’information garantissant l’innocuité de son emploi médicinal sur les enfants, ni sur les femmes enceintes ou allaitantes.

L’écorce contient des tanins (20-30%), glucosides, flavonoïdes, saponines, sesquiterpènes-lactones et triterpènes : α-amyrine et β-amyrine2-4.

Travail TRAMIL5
L’extrait aqueux (macération) d’écorce, in vitro (500 µg/mL), a été actif contre Staphylococcus aureus, Pseudomonas aeruginosa. En revanche, il a été inactif contre Candida albicans.

L’extrait aqueux (décoction) d’écorce, in vitro (concentration inhibitrice maximale 200 mg/mL), a été inactif contre Epidermophyton floccosum, Microsporum canis, M. gypseum, Trichophyton rubrum et T. mentagrophytes2.

L’extrait éthanolique d’écorce, in vitro, a montré un effet contre Pseudomonas aeruginosa, Staphylococcus aureus, Streptococcus pyogenes et Shigella flexneri2.

Les principes antifongiques sont des tanins condensés du groupe des polyphénols, proantocyanidine B2 et son galate3.

Références :  

1 SolIs PN, Espinosa A, De Gracia J, MartInez L, Gupta MP, 2003
Encuesta TRAMIL (Ngöbe-Buglé). Centro de Investigaciones Farmacognósticas de la Flora Panameña, Facultad de Farmacia, Universidad de Panamá, Panamá, Panamá.

2 CACERES A, 1996
Plantas de uso medicinal en Guatemala. Ciudad de Guatemala, Guatemala: Editorial Universitaria. p402.

3 BEjar E, Malone MH, 1993
Pharmacological and chemical screening of Byrsonima crassifolia, a medicinal tree from Mexico. Part I. J Ethnopharmacol 39(2):141-158.

4 DJERASSI C, BOWERS A, BURSTEIN S, ESTRADA H, GROSSMAN J, HERRAN J, LEMIN AJ, MANJARREZ A, PAKRASHI SC, 1956
Terpenoids. XXII. Triterpenes from some Mexican and South American plants. J Amer Chem Soc 78(11):2312-2315.

5 Olmedo D, RODRIGUEZ N, ESPINOSA A, VASQUEZ Y, Gupta MP, 2005
Ensayo antimicrobiano de algunas especies con usos significativos TRAMIL-Centroamérica. Informe TRAMIL. Centro de Investigaciones Farmacognósticas de la Flora Panameña CIFLORPAN, Facultad de Farmacia, Universidad de Panamá, Panamá, Panamá.

6 PAZOS L, COTO T, GONZALEZ S, 2006
Irritabilidad dérmica, piel sana en conejos, de maceración de corteza de Byrsonima crassifolia. Informe TRAMIL. Laboratorio de Ensayos Biológicos, LEBi, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

7 CACERES A, 2006
Vademécum nacional de Plantas Medicinales. Guatemala, Guatemala, USAC, MSPAS: p262.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.