Jatropha curcas

nom scientifique : 
Jatropha curcas L.
Famille : 

Distribution géographique

Originaire d’Amérique tropicale, naturalisée dans d’autres régions tropicales.

Description botanique

Arbuste ou petit arbre pouvant atteindre 5 m, avec un latex jaune laiteux ou rougeâtre. Feuilles arrondies-ovées, à 3-5 lobes, cordées à la base, à l’extrémité aiguë ou acuminée. Cymes petites, denses, à longs pédoncules; pétales blanchâtres oblong-ovés, à pilosité dense. Capsule ellipsoïdale, de 2,5 à 4 cm. Graines de 2 cm, noirâtres.

Voucher(s)

Rouzier, 69, SOE
Pimentel, 1120, JBSD
Girón, 237, CFEH
Ochoa, 250, HPMHV
Veloz, 3039, JBSD

candidose buccale :

  sève (latex), en application locale1-3

brûlure :

sève, en application locale1

démangeaisons :

feuille fraîche, décoction, bain5

plaie, blessure :

sève de la feuille, en application locale4

Contre la candidose buccale, plaie ou brûlure superficielle :
Casser la base de la feuille au niveau de son attache à la tiges et laisser suinmter le latex. Appliquer 2-4 gouttes du latex directement sur la zone affectée 2-4 fois par jour.

Contre la démangeaison :
Préparer une décoction avec 30 grammes de feuilles fraîches avec ou sans tige dans 4 tasses (1 litre) d’eau, bouillir pendant 5 minutes dans un récipient couvert. Baigner la zone affectée 2 ou 3 fois par jour.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l’information disponible :

L’emploi contre la candidose buccale, démangeaison, plaie et brûlure superficielle est classé REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL, les études de toxicité et l’information scientifique publiée.

Si l’état du patient se détériore ou que la candidose, la plaie, brûlure, démangeaison persiste plus de 5 jours, ou 3 jours chez l’enfant, consulter un médecin.

Limiter l’emploi traditionnel à des brûlures superficielles (endommagement épidermique) peu étendues (moins de 10% de la surface corporelle) et localisées en dehors des zones à haut risque telles que la figure, les mains, les pieds et les parties génitales.

Ne pas employer avec des enfants de moins de 10 ans, ni avec des femmes enceintes ou allaitantes.

Eviter l’ingestion de la graine à cause du risque de toxicité. En cas d’intoxication par ingestion, consulter un médecin.

Travail TRAMIL19

Le jus de feuille fraîche (4, 6, 10 mL/kg) appliqué pendant 24 heure sur la peau rasée du lapin (méthode Draize), après 14 jours d’observation a produit peu de toxicité cutanée à des doses de 4 et 6 mL/kg; pour une dose de 10 mL/kg, il a été légèrement irritant.

Le jus de feuille fraîche (0,2 mL) appliqué sur la muqueuse buccale et du pénis de lapin (méthode Draize), a produit une légère irritation.

 

Travail TRAMIL20
L’extrait aqueux (décoction 50%) de feuille fraîche, (0,6 mL/6 cm2 de peau saine, 3 endroits différents) par voie topique au lapin albinos New Zealand, 3 mâles (1,9 kg), modèle Acute Dermal Irritation OECD 404. Au bout de 4 heures les patchs sont retirés. La lecture pour érythème et œdème s'est faite après 1, 24, 48 et 72 heures, sans montrer aucun signe clinique visible.

Il a été rapporté que l’ingestion de la plante entière est toxique pour l’être humain21.

On ne dispose pas d’information garantissant l’innocuité de son emploi avec des enfants, ni avec des femmes enceintes ou allaitantes.

Travail TRAMIL6
Analyse phytochimique préliminaire de la feuille :

alcaloïdes

-

saponosides

+

quinones

-

composants phénoliques

+

flavonoïdes

+

tanins

+

stéroïdes, terpénoïdes

+

 

 

Le latex contient des protéines : curcacycline7 et curcaïne (enzyme protéolytique)8.

La feuille contient des glucosides cyanogènes; des tanins; des terpènes : α-amirine, β-sitostérol, campestérol, stigmastérol; des flavonoïdes : vitexine, isovitexine9-11.

La feuille et l’écorce contiennent des sapogénines stéroïdiques12.

Travail TRAMIL13
Le latex pur et dilué dans de l’éthanol (1:10) in vitro a montré une activité significative contre Staphylococcus aureus mais une activité faible contre Candida albicans.

Travail TRAMIL14-15
Le latex et l'extrait aqueux de feuille fraîche (1000 µg/mL) in vitro n'ont pas eu d'activité contre Staphylococcus aureus, Pseudomonas aeruginosa, Escherichia coli ni Candida albicans.

Travail TRAMIL16
L’extrait aqueux (décoction) lyophilisé de feuille fraîche, (10 mg/oreille) dose unique, par voie topique à 10 souris Swiss femelles (17,15 ± 0,64 g), modèle d'œdème induit par l'huile de croton, n'a pas provoqué d'effet anti-inflammatoire.

Le latex in vitro a inhibé la croissance de Staphylococcus aureus17.

Lors d’une étude clinique avec 30 patients, du latex ou de l’azote liquide (témoin) ont été appliqués pour traiter des verrues plantaires. Le groupe traité avec le latex a obtenu une amélioration après 11-20 jours d’application, c'est-à-dire moins rapidement qu’avec l’azote. Des effets collatéraux non limitatifs ont été observés, à savoir : une desquamation locale, des changements de coloration et des démangeaisons18.

Références :  

1 WENIGER B, ROUZIER M, 1986
Enquête TRAMIL. Service Oecuménique d'Entraide SOE, Port au Prince, Haïti.

2 WENIGER B, 1987-88
Encuesta TRAMIL. enda-caribe, Santo Domingo, Rep. Dominicana.

3 LAGOS-WITTE S, 1988-89, 1996
Encuesta TRAMIL. Laboratorio de Histología Vegetal y Etnobotánica, Dep. de Biología, Universidad Nacional Autónoma de Honduras UNAH, Tegucigalpa, Honduras.

4 CASTILLO D, RODRIGUEZ S, DE LOS SANTOS C, BELEN A, 2003
Encuesta TRAMIL, Zambrana, Cotui. Dep. de Botánica, Jardín Botánico Nacional, Santo Domingo, Rep. Dominicana.

5 GIRON L, 1988
Encuesta TRAMIL (Costa atlántica). Centro Mesoamericano de Tecnología CEMAT, Guatemala, Guatemala.

6 WENIGER B, SAVARY H, DAGUIHL R, 1984
Tri phytochimique de plantes de la liste TRAMIL. Laboratoire de chimie des substances naturelles, Faculté de Médecine et de Pharmacie, Université d'Etat d'Haïti, Port au Prince, Haïti.

7 VAN DEN BERG A, HOARSTEN S, KETTENES-VAN-DEN BOSCH J, KROES B, BEUKELMAN C, LEEFLANG B, LABADIE R, 1995
Curcacycline A - a novel cyclic octapeptide isolated from the latex of Jatropha curcas L. Febs Lett 358(3):215-218.

8 NATH LK, DUTTA SK, 1991
Extraction and purification of curcain, a protease from the latex of Jatropha curcas Linn. J Pharm Pharmacol 43(2):111-114.

9 HEGNAUER R, 1973
Chemotaxonomy der Pflanzen. Basel & Stuttgart: Birkhauser Verlag. 6:882.

10 SUBRAMANIAN SS, NAGARAJAN S, SULOCHANA N, 1971
Flavonoids from some Euphorbiaceous plants. Phytochemistry 10:2548-2549.

11 HUFFORDCD, OGUNTIMEIN BO, 1978
Non-polar constituents of Jatropha curcas. Lloydia 41(2):161-165.

12 HUSSAIN H, DEENI Y, 1991
Plants in Kano ethomedicine; screening for antimicrobial activity and alkaloids. Int J Pharmacog 29(1):51-56.

13 LE GRAND A, WONDERGEM PA, 1986
Activités antimicrobiennes et études bibliographiques de la toxicologie de dix plantes médicinales de la Caraïbe. Rapport TRAMIL. Dép. de Pharmacognosie, Universités de Groningen & Leyden, Pays-Bas.

14 SOLIS PN, RODRIGUEZ N, ESPINOSA A, GUPTA MP, 2004
Estudio antimicrobiano de algunas plantas TRAMIL con usos en Martinica. Informe TRAMIL. Centro de Investigaciones Farmacognósticas de la Flora Panameña CIFLORPAN, Facultad de Farmacia, Universidad de Panamá, Panamá, Panamá.

15 OLMEDO D, RODRIGUEZ N, ESPINOSA A, VASQUEZ Y, GUPTA MP, 2005
Ensayo antimicrobiano de algunas especies con usos significativos TRAMIL-Centroamérica. Informe TRAMIL. Centro de Investigaciones Farmacognósticas de la Flora Panameña CIFLORPAN, Facultad de Farmacia, Universidad de Panamá, Panamá, Panamá.

16 GARCIA-GONZALEZ M, FERNANDEZ A. ARGUEDAS R, MONTERO S, 2005
Efecto antiinflamatorio en ratones, en aplicación tópica, del extracto acuoso (decocción) de las hojas frescas de Jatropha curcas dosis única. Informe TRAMIL. PRONAPLAMED. Depto de Fisiología, Escuela de Medicina, Universidad de Costa Rica, San Pedro, Costa Rica.

17 THOMASO O, 1989
Re-examination of the antimicrobial activities of Xylopia aethiopica, Carica papaya, Ocimun gratissimum and Jatropha curcas. Fitoterapia 60(2):147-155.

18 MARROQUIN E, Blanco JA, GRANADO S, CACERES A, MORALES C, 1997
Clinical Trial of Jatropha curcas sap in the treatment of common warts. Fitoterapia 68(2):160-162.

19 HERRERA J, 1990
Determinación de actividades biológicas de vegetales utilizados en medicina tradicional. Informe TRAMIL. Laboratorio de fitofarmacología, Dep. de Farmacología, Facultad de Salud, Universidad del Valle, Cali, Colombia.

20 LOPEZ M, MOREJON Z, BACALLAO Y, FUENTES V, MORON F, 2009
Irritabilidad dérmica primaria de hoja fresca de Jatropha curcas L. Informe TRAMIL. Facultad de Ciencias Médicas “Dr. Salvador Allende”, Laboratorio Central de Farmacología, C. Habana, Cuba.

21 WEE Y, GOPALAKRISHNAKONE P, CHAN A, 1988
Poisonous plants in Singapore - a colour chart for identification with symptoms and signs of poisoning. Toxicon 26(1):47.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.