Andrographis paniculata

nom scientifique : 
Andrographis paniculata (Burm. f.) Wall. ex Nees
synonyme : 
Justicia paniculata Burm. f.
Famille : 

Distribution géographique

Originaire de l’Inde et du Sri Lanka, cultivée ou naturalisée en Asie et Caraïbes.

Description botanique

Herbe de jusqu’à 50 cm de haut, très ramifiée. Feuilles ové-lancéolées à éliptiques, de 1,5 à 7 cm de long et de 1 à 2,5 cm de large, glabres, vert pâle sur l’envers, 3 à 5 veines secondaires de chaque côté de la nervure centrale, marge entière, pointe aigüe à acuminée courte. Inflorescences terminales en panicules avec des feuilles secondaires; rachis glabre à légèrement pubescent, bractées triangulaires à subulées. Fleurs blanches de 1,5 à 2 cm avec points pourpres. Fruit en forme de capsule élipsoïde, glabres ou pubescents avec tricomes à glandules sur la pointe. Graines rugeuses, de 2 à 1,5 mm.

Voucher(s)

Picking, 35472, UWI

dépuratif :

parties aériennes ou plante entière, fraîche ou sèche, décoction, voie orale1

*dépuratif : mesure prophylactique prise pour maintenir la santé par l'amélioration de la désintoxication et aider à réduire l'accumulation de déchets métaboliques dans le corps. Certains enquêtés ont dit que le « nettoyage » du sang résout tout problème de peau1.

Pour le “blood cleanse” (dépuratif) :
Préparer une décoction avec 3 grammes de parties aériennes ou de la plante entière dans 1 tasse d’eau (250 mL). Faire bouillir 10 minutes dans un récipient couvert. Laisser refroidir, filtrer et boire 2 tasses par jour.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l’information disponible :

L’emploi des parties aériennes ou de la plante entière en décoction par voie orale comme dépuratif est classé REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL, les études de toxicité et l’information scientifique publiée.

Ne pas employer avec des femmes enceintes ou allaitantes2-3, ni avec des enfants de moins de 12 ans.

L’administration orale de suspension de poudre de feuille (2 g/kg), de suspension d’extrait alcoolique (2,4 g/kg) ou d’andrographolide (3 mg/kg) à la souris, femelles et mâles, n'ont montré aucun effet toxique aigü26.

L'extrait éthanolique des parties aériennes (600 mg/kg) par voie orale au rat, n'a eu aucun effet toxique27.

L'extrait alcoolique (50%) (15 g/kg) par voie orale à la souris, n’a montré aucun signe de toxicité. La DL50 de l'extrait administré par voie orale ou sous-cutanée a été > 15 g/kg28.

La toxicité subchronique de la poudre de feuilles a été évaluée durant 6 mois sur 96 rats Wistar répartis en groupes témoins, recevant 0,12, 1,2 et 2,4 g/kg/jour équivalent à 1, 10 et 20 fois la dose thérapeutique humaine (6 g/jour/personne de 50 kg). Les effets toxiques potentiels ont été évalués par l'observation et la mesure de taux de croissance (poids corporel), la consommation alimentaire, les signes cliniques, hématologiques et les valeurs biochimiques dans le sérum et les changements histopathologiques. Aucune preuve d'anomalies n’a été observée aux doses administrées28.

L’extrait éthanolique (70%) des parties aériennes (20, 200 et 1000 mg/kg/60 jours) par voie orale au rat Sprague-Dawley (160 ± 12 g) n'a pas provoqué de toxicité testiculaire tel qu'évalué par le poids des organes de reproduction, histologie testiculaire, analyse ultrastructurale des cellules de Leydig et niveaux de testostérone19.

L'extrait alcoolique des parties aériennes (1020 mg/personne/jour/5 jours) par voie orale en deux essais en double aveugle sur 50 et 90 êtres humains adultes, n'a pas provoqué de signes de toxicité23-24.

Une étude clinique de phase I d’un phytomédicament à base des parties aériennes, conclut que 87,7 et 175,4 mg/mL par voie orale est sans danger en ce qui concerne les effets sur la stérilité masculine à des doses correspondant à 3 fois la dose quotidienne humaine pendant 10 jours (la dose thérapeutique quotidienne est de 60 mg d’andrographolides)30.

On ne dispose pas d’information garantissant l’innocuité de son emploi sur des enfants, ni sur des femmes enceintes ou allaitantes.

La feuille contient une diterpène lactone : andrographolide (2,39%), qui a été rapporté comme le métabolite secondaire le plus actif dans le plante4, des diterpénoïdes sont également présents, désoxyandrographolide, 19β-D-glucoside5, le néo-andrographolide (C20H30O5)6, 14-désoxy-11,12-didéshydroandrographolide (andrographolide D), 14-désoxy-14, 15-didéshydroandrographolide, isoandrographolide, homoandrographolide, diterpènes lactones : andrographan, andrographon, andrographostérine, flavonoïdes : 7-O-méthylwogonine, anisiline, apigénine et estigmastérol7-9.

Des parties aériennes ont été isolés quatre lactones appelés : chuanxinlian A (désoxyandrographolide), B (andrographolide), C (néoandrographolide) et D (14-désoxy-11,12-didéshydroandrographolide)10; diterpénoïde type ent-labdane identifié comme 14-désoxy-12-hydroxyandrographolide, 14-désoxy-11,12-didéshydroandrographolide, 14 désoxyandrographolide, andrographolide, et néoandrographolide, deux diterpène-glucosides et quatre dimères diterpéniques (bis-andrographolides A, B, C et D)10-11. De la plante entière ont été isolés le 5,7,2 ', 3'-tétraméthoxyflavanone et le 5-hydroxy-7,2',3'triméthoxyflavone12.

La plante contient des diterpénoïdes, des flavonoïdes et des polyphénols comme les principaux composants bioactifs, sont également présents des lactones13-14.

L'extrait aqueux de feuilles a montré une activité in vitro contre Staphylococcus aureus et S. aureus résistant à la méthicilline (SARM) et contre Pseudomonas aeruginosa avec des CMI de 2 μg/disque15.

L’extrait éthanolique de feuille a inhibé la croissance in vitro de Staphylococcus aureus16. L'extrait méthanolique (50%) de feuille a inhibé la craoissance de Proteus vulgaris17. Cependant, aucune activité antibactérienne n’a été observée in vitro lorsque la poudre sèche des parties aériennes a été testée contre Staphylococcus aureus ou des espèces de Shigella18.

L’extrait aqueux (décoction) des parties aériennes administré par voie orale à des patients souffrant d’hépatite infectieuse a produit un soulagement des symptomes19.

L'extrait éthanolique des parties aériennes (25 mg/kg) par voie orale à la souris a stimulé une réponse immunitaire non spécifique20.

L'administration d'extraits bruts (aqueux et alcoolique) de A. paniculata à la souris mâle ICR n'a pas changé de façon significative la teneur totale du foie en cytochrome P450 du foie21.

Des extraits aqueux et éthanolique de poudre de la tige et de feuille séchées (avec 1,62% d’andrographolide, principal diterpenoïde) ont été administrés in vivo, à la souris ICR mâle (20-25 g), 3-5 animaux par groupe, 4 groupes traités une fois par jour. Les groupes 1 et 2 ont reçu 3-MC (100 mg/kg/jour, ip) dans de l'huile d'olive (100 mg/kg/jour/3 jours) dans une solution saline normale, les groupes 3 et 4 ont reçu l'extrait aqueux ou alcoolique par voie orale dissous dans de l'eau distillée (l'équivalent de 5 mg/kg/jour d’andrographolide) pendant 7, 14, 21 et 30 jours, le groupe témoin n'a reçu aucun traitement. Les résultats indiquent que les extraits pourraient activer les enzymes P450 du cytochrome hépathique21.

L'extrait aqueux de feuille (500 mg/kg en dose unique ou répétée pendant 15 jours consécutifs) ou son principe amer, l’andrographolide (5 mg/kg) par voie orale au rat albinos adulte mâle (125-150 g) a montré une action plus protectrice contre la toxicité hépatique induite par le tétrachlorure de carbone que son principe amer, l’andrographolide22.

L'extrait alcoolique de parties aériennes (1020 mg/personne/jour/5 jours) par voie orale en deux essais en double aveugle avec 50 et 90 humains adultes, a soulagé les symptômes du rhume et de la sinusite23-24.

On attribue aux andrographolides des propriétés hépatoprotectrices, par son activité sur les enzymes du métabolisme hépatique tel que le complexe du cytochrome P45025.

Références :  

1 PICKING D, MITCHELL S, DELGODA R, YOUNGER N, 2011
TRAMIL survey. Natural Products Institute, The Biotechnology Centre & Tropical Metabolic Research Institute, University of the West Indies, Mona, Jamaica.

2 BONE K, 1999
Clinical applications of Ayurvedic and Chinese Herbs. Queensland, Australia: Phytotherapy Press.

3 WHO, 2004
Herba Andrographidis. WHO monographs on selected medicinal plants, Vol 2. Geneva, Switzerland. p20.

4 SHARMA A, KRISHAN L, HANDA SS, 1992
Standardization of the Indian crude drug kalmegh by high pressure liquid chromatographic determination of andrographolide. Phytochem Anal 3:129-131.

5 WEIMING C, XIAOTIAN L, 1982
Deoxyandrographolide-19beta-D-glucoside from the leaves of Andrographis paniculata. Planta Med 45:245-246.

6 CHEM W, LIANG X, 1982
Deoxyandrographolide 19ß-D-glucoside from the leaves of A. paniculata. Planta Medica 15:245-246.

7 SIRIPONG P, KONGKATHIP B, PREECHANUKOOL K, PICHA P, TUNSUWAN K, TAYLOR WC, 1992
Cytotoxic diterpenoid constituents from Andrographis paniculata, Nees leaves, J Sci Soc Th 18:187-194.

8 KEEFE JH, GHEEWALA NM, O'KEEFE JO, 2008
Dietary strategies for improving post-prandial glucose, lipids, inflammation and cardiovascular health. J Am Coll Cardiol 51:249-255.

9 HONG YH, CHAO WW, CHEN ML, LIN BF, 2009
Ethyl acetate extracts of alfalfa (Medicago sativa L.) sprouts inhibit lipopolysaccharide induced inflammation in vitro and in vivo. J Biomed Sci 16:64-75.

10 CHANG HM, BUT PPH, 1986
Pharmacology and applications of Chinese materia medica. Vol. 1. Singapore, World Scientific 1:918-928.

11 MATSUDA T, KUROYANAGI M, SUGIYAMA S, 1994
Cell differentiation-inducing diterpenes from Andrographis paniculata Nees. Chem Pharm Bull (Tokyo) 42:1216-1225.

12 KOTESWARA RAO Y, VIMALAMMA G, RAO CV, TZENG YM, 2004
Flavonoids and andrographolides from Andrographis paniculata. Phytochemistry 65:2317-2321.

13 RAO YK, VIMALAMMA G, RAO CV, TZENG Y, 2004
Flavonoids and andrographolides from Andrographis paniculata. Phytochemistry 65:2317-2321. 

14 RAO YK, VIMALAMMA G, RAO CV, TZENG Y, 2010
A new diterpene from the leaves of Andrographis paniculata Nees. Fitoterapia 81(6):610-613.

15 ZAIDAN MRS, NOOR RA, BADRUL AR, ADLIN A, NORAZAH A, ZAKIAH I, 2005
In vitro screening of five local medicinal plants for antibacterial activity using disc diffusion method. Tropical Biomedicine 22(2):165-170.

16 GEORGE M, PANDALAI KM, 1949
Investigations on plant antibiotics. Part IV. Further search for antibiotic substances in Indian medicinal plants. Indian J of Medical Research 37:169–181.

17 NAKANISHI K, SASAKI S, KIANG AK, GOH J, KAKISAWA H, OHASHI M, GOTO M, WATANABE J, YOKOTANI H, MATSUMURA C, TOGASHI M, 1965
Phytochemical survey of Malaysian plants: preliminary chemical and pharmacological screening. Chem Pharm Bull 13:882–890.

18 LEELARASAMEE A, TRAKULSOMBOON S, SITTISOMWONG N, 1990
Undetectable antibacterial activity of Andrographis paniculata (Burm) Wall. ex Nees. J of the Medical Association of Thailand 73(6):299–304.

19 CHATURVEDI GN, 1983
Clinical studies on kalmegh (Andrographis paniculata) in infectious hepatitis. J of the International Institute of Ayurveda 2:208–211.

20 PURI A, SAXENA R, SAXENA RP, SAXENA KC, SRIVASTAVA V, TANDON JS, 1993
Immunostimulant agents from Andrographis paniculata. J Nat Prod, 56(7):995–999.

21 JARUKAMJORN K, DON-IN K, MAKEJARUSKUL C, LAHA T, DAODEE S, PEARAKSA P, SRIPANIDKULCHAI BO, 2006
Impact of Andrographis paniculata crude extract on mouse hepatic cytochrome P450 enzymes. J Ethnopharmacol 105(3):464-467.

22 CHOUDHURY BR, PODDAR MK, 1984
Andrographolide and kalmegh (Andrographis paniculata) extract: in vivo and in vitro effect on hepatic lipid peroxidation. Methods Find Exp Clin Pharmacol 6(9):481-485.

23 MELCHIOR J, PALM S, WIKMAN G, 1996
Controlled clinical study of standardized Andrographis paniculata extract in common cold. Phytomedicine 3(4):315-318.

24 GABRIELIAN ES, SHUKARIAN AK, GOUKASOVA GI, CHANDANIAN GL, PANOSSIAN AG, WIKMAN G, WAGNER H, 2002
A double blind, placebo-controlled study of Andrographis paniculata fixed combination Kan Jang in the treatment of acute upper respiratory tract infections including sinusitis. Phytomedicine 9(7): 589–597.

25 CHANDER R, SRIVASTAVA V, TANDON JS, KAPOOR NK, 1995
Antihepatotoxic activity of diterpenes of Andrographis paniculata (kalmegh) against Plasmodium berghei-induced hepatic damage in Mastomys natalensis. Pharm Biol 33:135-138.

26 DHAMMAUPAKORN P, CHAICHANTIPYUTH C, 1989
Acute and subchronic toxicity studies of Andrographis paniculata in rats and mice. Abstr. the 8th Symp, Faculty of Pharmacy, Chulalongkorn University Bangkok, Thailand.

27 VEDAVATHY S, RAO KN, 1991
Antipyretic activity of six indigenous medicinal plants of Tirumala Hills, Andhra Pradesh, India. J Ethnopharmacol 33:193-196.

28 SITHISOMWONGSE N, PHENGCHATA J, CHEEWAPATANA S, 1989
Acute and chronic toxicity of Andrographis paniculata Nee. Th J Pharm Sci 14(2):109-117.

29 BURGOS RA, CABALLERO EE, SANCHEZ NS, SCHROEDER RA, WIKMAN GK, HANCKE JL, 1997
Testicular toxicity assesment of Andrographis paniculata dried extract in rats. J Ethnopharmacol 58:219-224.

30 MKRTCHYANA A, PANOSYANA V, PANOSSIANB A, WIKMANB G, WAGNERC H, 2005
A phase I clinical study of Andrographis paniculata fixed combination Kan JangTM versus ginseng and valerian on the semen quality of healthy male subjects. Phytomedicine 12:403–409.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.