Allium cepa

nom scientifique : 
Allium cepa L.
Famille : 

Distribution géographique

Originaire d’Asie occidentale; sa culture est très répandue dans le monde entier.

Description botanique

Herbe bulbeuse à écailles, bulbes divisés pouvant atteindre 10 cm de diamètre, tuniqués. Feuilles basales, pouvant atteindre 40 cm, creuses, semi-circulaires en section transversale. Hampe florale pouvant atteindre 60 cm de haut. Fleurs abondantes, violettes ou presque blanches, groupées en une grande ombelle sphérique, de 2 à 3 bractées. Fruit capsulaire. Produit rarement des graines.

Voucher(s)

Germosén-Robineau, 125, JBSD
Boulogne, TH1, UAG

candidose buccale :

bulbe, macération, application locale2

pneumopathie :

bulbe, macération aqueuse, voie orale2

pneumopathie :

bulbe, jus naturel, voie orale1

Les bulbes d’Allium cepa var. cepa et Allium cepa var. aggregatum constituent un aliment de consommation humaine répandue.

Contre la pneumopathie :
Prendre 1 à 3 bulbes, les piler dans un mortier et en extraire le jus dans un linge ou en les pressant contre une passoire tamis au moyen d’une petite cuillère. Mélanger 1-2 cuillerées (15 à 30 millilitres) de jus à du miel. Ingérer à jeun chaque jour pendant 3 semaines.

Contre le rhume ou la grippe :
Préparer une décoction avec 1 bulbe et 2 tasses (½ litre) d’eau, faire bouillir pendant 10 minutes dans un récipient couvert. Laisser refroidir, filtrer et boire 1 tasse 3 fois par jour.

Une autre préparation consiste à faire un «sirop» en hachant 1 bulbe, mélanger à 3 cuillerées de sucre, laisser reposer pendant plusieurs heures, filtrer avec un linge ou une passoire tamis et prendre une cuillerée 3 fois par jour jusqu’à ce que les symptômes disparaissent.

Contre la candidose de la muqueuse buccale :
Hacher 100 grammes de bulbe et ajouter à 2 tasses (½ litre) d’eau bouillie, laisser macérer pendant 12 heures et appliquer au moyen d’un compte-gouttes ou une cuillère de 5 millilitres, 3 fois par jour pendant 5 jours.

Toute préparation médicinale doit être conservée au froid et utilisée dans les 24 heures.

Selon l’information disponible :

L’emploi contre la pneumopathie, grippe et rhume est classé REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL et l’information scientifique publiée.

Si l’état du patient se détériore ou si les symptômes persistent pendant plus de 7 jours, consulter un médecin.

La pneumopathie présentant un risque pour la santé, il est recommandé de consulter un médecin au préalable. L’emploi de ce remède doit être considéré comme complémentaire du traitement médical, sauf contre-indication.

Il est conseillé d’utiliser l’oignon (Allium cepa) uniquement en petites quantités car il contient des allylsulfoxydes ainsi que d’autres sulfoxydes liés qui inhibent les enzymes contenant des groupes thiol4.

L’emploi contre la candidose de la muqueuse buccale est classé REC sur la base de l’usage significatif traditionnel documenté par les enquêtes TRAMIL et l’information scientifique publiée.

Toute application locale doit se conformer à de strictes mesures d’hygiène pour empêcher la contamination ou une infection surajoutée.

Ne pas administrer pendant la grossesse, en période d'allaitement ni à des enfants de moins de 3 ans.

Le bulbe frais et ses extraits aqueux et éthanolique n’ont pas eu d’action mutagène sur le modèle de Salmonella typhymurium TA9817-18.

L’extrait aqueux du bulbe frais, (500 mg/kg) par voie orale au rat femelle, n’a pas provoqué de signes de toxicité19.

Le bulbe, (1 kg/jour) par voie orale à 18 génisses, a engendré des signes de toxicité au bout de 5 jours, (inappétence, tachycardie, collapsus cardiovasculaire, rougissement conjonctival, hémoglobinurie, anémie hémolytique et leucocytose); réversible chez 17 des animaux formant l’échantillon, et qui ont causé la mort de l’un d’eux20.

L’ingestion de 150 g de pâte de bulbe (89,7 mg de quercétine), plus 300 mL de thé noir (1,4 mg de quercétine), par 20 femmes et 16 hommes volontaires pendant 14 jours, afin d’évaluer l’effet de flavonoïdes sur la diète, principalement de la quercétine, n’a pas nuit significativement à l’A.D.N. sur le modèle de lymphocytes périphériques21.

On a constaté des réactions négatives telles que la rhinite, la conjonctivite et la dermatite par contact22-23.

On ne dispose pas d’information garantissant l’innocuité de son emploi sur les enfants, ni sur les femmes enceintes ou allaitantes.

Le bulbe a été amplement étudié et contient, entre autres composants, de l’huile essentielle : éthers de l’acide sulfinothionique principalement5; des composés soufrés : allicine, ailloène ajoène6, allylméthyl disulfure et dérivés, prop-1-èn-1-thiol et dérivés7; flavonoïdes : chrysantémine, cyanidine et dérivés glycosides, paéonidine péonidine, glucoside et dérivés8, pélargonidine9, quercétine10.

L’extrait aqueux de bulbe frais, in vitro par la méthode de dilution sur plaque d’agar-agar, a inhibé la croissance de manière dose-dépendante de Candida albicans et d’autres Candida sp. ainsi que celle de 35 souches de plusieurs dermatophytes11.

L’extrait aqueux de plante entière fraîche, in vitro (0,3 mL/puit), a inhibé la croissance de Proteus mirabilis, Pseudomonas aeruginosa et de Staphylococcus aureus mais pas celle de Klebsiella pneumoniae. Il a également inhibé Aspergillus fumigatus, A. niger et Candida albicans12.

L’extrait éthanolique (95%) du bulbe sur le modèle de trachée isolée de cobaye a inhibé la contraction du muscle trachéal induite par histamine et par le carvacrol; sur iléon isolé de cobaye (0,4 mg/mL), il a créé un antagonisme entre les contractions causées par l'histamine, la sérotonine et l'acéthylcholine13.

Le jus et l’extrait à l’éther du bulbe, (100 mg/kg) par voie orale sur cobaye, ont produit un effet antiasthmatique face au déclenchement de la crise au moyen d’allergènes et d’un facteur activateur des plaquettes, ce qui n’a pas été le cas lorsqu’elle a été induite par histamine ou acétilcholine14-15.

L’extrait éthanolique (95%) du bulbe, (0,5 g/personne) par voie orale, à 300 asthmatiques adultes des deux sexes a montré une action antiasthmatique13.

L’extrait éthanolique (95%) du bulbe inhalé par un être humain adulte a inhibé la bronchoconstriction induite par allergènes inhalés16.

Références :  

1 GERMOSEN-ROBINEAU L, GERONIMO M, AMPARO C, 1984
Encuesta TRAMIL. enda-caribe, Santo Domingo, Rep. Dominicana.

2 WENIGER B, ROUZIER M, 1986
Enquête TRAMIL. Service Oecuménique d'Entraide SOE, Port au Prince, Haïti.

3 BOULOGNE I, 2009
Enquête TRAMIL, (Terre-de-Bas et Terre-de-Haut) Les Saintes, UAG, Guadeloupe (FWI).

4 AUGUST KT, 1996
Therapeutic values of onion (Allium cepa L.) and garlic (Allium sativum L.). Indian J of Experimental Biology 34(7):634-640.

5 BLOCK E, NAGANATHAN S, PUTMAN D, ZHAO SH, 1992
Allium chemistry: hplc analysis of thiosulfinates from onion, garlic, wild garlic (ramsoms), leek, scallion, shallot, elephant (great-headed) garlic, chive, and Chinese chive. Uniquely high allyl to methyl ratios in some garlic samples. J Agr Food Chem 40(12):2418-2430.

6 WU JB, CHENG YD, HUANG SC, CHANG KH, HSIEH MT, 1992
Quantitative determination of active compounds in Allium genus (Liliaceae) by hplc. China Med Coll J 1(2):123-128.

7 TOKITOMO Y, KOBAYASHI A, 1992
Isolation of the volatile components of fresh onion by thermal desorption cold trap capillary gas chromatography. Biosci Biotech Biochem 56(11):1865-1866.

8 DONNER H, GAO L, MAZZA G, 1997
Separation and characterization of simple and malonylated anthocyanins in red onions, Allium cepa L. Food Res Int 30(8):647-643.

9 FULEKI T, 1969
The anthocyanins of strawberry, rhubarb, radish and onion. J Food Sci 34(4):365-369.

10 PATIL BS, PIKE LM, YOO KS, 1995
Variation in the quercetin content in different colored onions (Allium cepa L.). J Amer Soc Hort Sci 120(6):909-913.

11 SHAMS-GHAHFAROKHI M, SHOKOOHAMIRI MR, AMIRRAJAB N, MOGHADASI B, GHAJARI A, ZEINI F, SADEGHI G, RAZZAGHI-ABYANEH M, 2006
In vitro antifungal activities of Allium cepa, Allium sativum and ketoconazole against some pathogenic yeasts and dermatophytes. Fitoterapia 77:321–323.

12 SRINIVASAN D, NATHAN S, SURESH T, PERUMALSAMY PL, 2001
Antimicrobial activity of certain Indian medicinal plants used in folkloric medicine. J Ethnopharmacol 74(3):217-220.

13 SHARMA KC, SHANMUGASUNDRAM SSK, 1979
Allium cepa as an antiasthmatic. RRL Jammu Newsletter 6(2):8.

14 DORSCH W, ETTL M, HEIN G, SCHEFTNER P, WEBER J, BAYER T, WAGNER H, 1987
Antiasthmatic effects of onion. Inhibition of platelet-activating factor-induced bronchial obstruction by onion oils. Int Arch Allergy Appl Immunol 82(3/4):535-536.

15 DORSCH W, ADAM O, WEBER J, ZIEGELTRUM T, 1985
Antiasthmatic effects of onion extracts -detection of benzyl- and other isothiocyanates (mustard oil) as antiasthmatic compounds of plant origin. Eur J Pharmacol 107(1):17-24.

16 DORSCH W, WAGNER H, 1991
New antiasthmatic drugs from traditional medicine? Int Arch Allergy Appl Immunol 94(1/2):262-265.

17 ROCKWELL P, RAW I, 1979
A mutagenic screening of various herbs spices and food additives. Nutrition and Cancer 1(4):10-16.

18 MAHMOUD II, ALKOFANI AS, ABDELAZIZ AA, 1992
Mutagenic and toxic activities of several spices and some Jordanian medicinal plants. Int J Pharmacog 30(2):81-85. 

19 THOMSON M, ALNAQEEB MA, BORDIA T, AL-HASSAN JM, AFZAL M, ALI M, 1998
Effects of aqueous extract of onion on the liver and lung of rats. J Ethnopharmacol 61(2):91-99.

20 VERHOEFF J, HAJER R, VAN DEN INGH TS, 1985
Onion poisoning of young cattle. Vet Rec 117(19):497-498.

21 BEATTY ER, O'REILLY JD, ENGLAND TG, MCANLIS GT, YOUNG IS, GEISSLER CA, SANDERS TA, WISEMAN H, 2000
Effect of dietary quercetin on oxidative DNA damage in healthy human subjects. Br J Nutr 84(6):919-925.

22 GRUENWALD J, BRENDLER T, JAENICKE C, 2004
Physicians’ Desk Reference for Herbal Medicines, Third Edition. Montvale, NJ, USA: Thomson Healthcare, Inc. 988pp.

23 VALDIVIESO R, SUBIZA J, VARELA-LOSADA S, SUBIZA JL, NARGANES MJ, MARTINEZ-COCERA C, CABRERA M, 1994
Bronchial asthma, rhinoconjunctivitis, and contact dermatitis caused by onion. J of Allergy Clin Immunol 94(5):928-930.

Décharge

L'information ici présentée s'adresse, à des fins pédagogiques, au grand public ainsi qu'aux professionnels de santé. Elle n'a pas la prétention de se substituer à quelque règle ou disposition légale que ce soit. Compte tenu du fait que certaines parties de plantes peuvent, le cas échéant, présenter une toxicité, ou avoir des effets nocifs, ou encore provoquer une interaction avec des médicaments, toute personne désireuse d'utiliser ces moyens thérapeutiques ou leurs produits dérivés doit consulter un médecin ou un autre professionnel de santé qualifié. TRAMIL n'est aucunement responsable pour l'utilisation qui pourrait être faite, dans le cadre d'une quelconque décision, action ou omission, de l'information contenue dans cette Pharmacopée.